En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces petits fichiers texte permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaître lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus rendez-vous sur le site de la CNIL J'accepte

Travail du sol et maîtrise de la strate herbacée

La forêt est une culture comme une autre. Pour réussir une plantation, la maîtrise de la concurrence herbacée ou ligneuse est nécessaire et le sol doit être suffisamment meuble pour permettre un bon développement racinaire.

Maîtrise de la strate herbacée

Terres agricoles

- Méthode classique avec produits chimiques

Traitement au glyphosate sur l’herbe en végétation au début septembre à la dose de 6 litres/hectare. Il est possible d’effectuer un traitement début mai suivi d’une culture d’été. Au printemps suivant la plantation début avril, un traitement sélectif anti-graminée est préconisé sur le rang de plantation.

- Méthode sans produits chimiques

Il convient dans un premier temps d’éliminer un maximum des graines présentes dans le sol en pratiquant la technique du faux semis qui consiste à préparer son terrain au printemps plusieurs fois à 15 à 20 jours à d’intervalle pour faire lever et détruire toutes les mauvaises graines.

Une fois cette opération effectuée, il est préconisé de faire ensuite une culture de seigle ou de sarrasin en fin de printemps afin de maintenir le terrain bien propre. Vous pourrez planter sur cette culture qui aura l’avantage d’offrir une protection contre le soleil pour les plants. (ex. Culture de sarrasin)

Pour les plantations à faible densité, les traitements chimiques peuvent être évités en réalisant un paillage au pied de chaque plant sur un rayon de 50 cm autour du plant. Ce paillage peut être naturel (paille, fibre de jute, chanvre…) ou en film plastique.

Terres forestières

En général, les graminées et en particulier le chiendent, sont beaucoup moins nombreuses, ce qui permet d’éviter les traitements chimiques. Par contre, il faut veiller à la maîtrise de la végétation concurrente de type bouleau ou genêt par des dégagements dans les premières années.

Travail du sol

En association avec le labour dans les terres qui le permettent (taux d’argile assez faible) un sous-solage à 50 cm de profondeur est préconisé afin de décompacter le sol.

Dans les terres humides en hiver, il est conseillé de réaliser un labour en planches de 3 à 6 m de large afin de faciliter l’assainissement du sol.

Les rigoles entre planches (réalisées dans le sens de la pente) doivent se déverser dans un collecteur et enfin dans un fossé.

Les sols forestiers sont généralement beaucoup moins bouleversés que les terrains agricoles, car jamais travaillés.Il n’est donc pas toujours nécessaire de faire un travail du sol, par contre le réseau de fossé doit souvent être curé pour éviter les excès d’eau.

Il est préférable de détruire tous les déchets ligneux (branches, écorces) par brûlage ou broyage. En effet, ceux-ci deviennent souvent des nids à prédateurs (lapins, insectes) pour votre plantation et compliquent son entretien.

Pour les reboisements résineux, il est conseillé d’attendre deux ans avant de reconstituer un boisement après coupe afin d’éviter les nuisances d’insectes telles que l’hylobe.

Cette précaution prise, un traitement préventif demeure conseillé.

Articles liés :

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

nom :
E-mail : (Non publié)
Commentaire :
Saisir le code captcha