Le lombricompost
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces petits fichiers texte permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaître lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus rendez-vous sur le site de la CNIL J'accepte

Le lombricompost

Le lombricompostage, ou encore vermicompostage, est une méthode écologique de valorisation de nos déchets organiques. Dans le cas d’un particulier, il sera principalement constitué de résidus de cuisine. 

Ce qui différencie le lombricompostage du compostage classique c’est qu’il n'y a pas de fermentation. Dans un composteur, la décomposition s’opère sous la forte montée de température, à savoir entre 50 à 70°C sous l'action de bactéries. Dans un lombricompost, seuls les vers (et quelques bactéries) travaillent et ce, à température légèrement supérieure à la température ambiante ce qui favorise le développement de micro-organismes et de bactéries utiles au développement des plantes.

Les vers

Ce sont nos amis les Eisenia andreï ou vers de fumiers, qui se nourrissent des déchets apportés, leurs déjections s'accumulent et constituent le lombricompost. Il a la consistance d'un terreau mais qui s'avère être un engrais naturel extrêmement riche. Le ver de fumier est un ver de surface et se régale de végétaux dans un état de dégradation peu avancé. On peut faire cohabiter plusieurs types de vers afin d’optimiser la dégradation des déchets :

1. Eisenia Andreï : c’est le « ver de fumier ». Rouge tigré de gris ou de jaune, il préfère les matières en décomposition.
2. Eisenia Foetida : c’est le « ver de Californie ». Il n’a rien d’Américain, de couleur très rouge, il préfère les matières fraîches.
3. Eisenia hortensis (Dandrobaena venata) : plus gros et bien connu des pécheurs il est plus efficace sur les matières dures. Il a tout de même une tendance à la fugue lors de l’introduction dans le lombricomposteur. On privilégie, en général, les 2 premières espèces pour leur régime alimentaires complémentaires. Ils sont disponibles dans les commerces en ligne mais on les trouve facilement dans les compost classique de jardin.

Le lombricomposteur

Dans le cadre d'une utilisation familiale, le compostage s'accommode très bien des quantités de déchets produites par le ménage et de ceux qui peuvent être récoltés dans un jardin. Le lombricompostage permet à ceux qui ont un petit jardin ou qui vivent dans un appartement de profiter des bénéfices du compostage. Même différents, ces deux systèmes sont complémentaires, le composteur servant pour les importants volumes de déchets et le lombricomposteur pour les déchets de cuisine, ou pour les jours de froid-pluie... Quand le composteur se fait trop distant !

Il existe plusieurs modèles de lombricomposteur dans le commerce mais ils fonctionnent tous de la même manière. Ce sont plusieurs bacs perforés que l’on superpose afin que les vers puissent circuler verticalement de la nourriture vers leur litière (lombricompost).

Quand on installe son composteur pour la première fois, on place de la litière. Elle peut être fournie par le vendeur ou composée par vos soins avec du marc de café, papier journal, un peu de terre fine et le tout humide sans être détrempé. On ajoute les lombrics avec quelques feuilles de salades. Au bout de quelques jours on apporte de la nourriture (déchets organiques) et le cycle peut commencer.  On apporte les déchets sur le plateau supérieur. La population augmente très rapidement mais s’adapte au volume de nourriture apportée. Lorsque le bac est plein, on en ajoute un second puis éventuellement un troisième (pas plus pour des questions pratique de poids des plateaux) et ce sera le moment de vérifier l’avancement du lombricompost du 1er niveau. S’il y a une matière noire, presque uniforme (il peut rester des graines et des tiges ligneuses de type raisin) et sans odeur désagréable, c’est prêt pour la récolte.

Le menu des vers

En règle générale, les vers vont manger tout ce qui a été vivant.

  • Les épluchures et les restes de légumes et fruits ;
  • Les feuilles et sachets de thé, les filtres et marc de café ;
  • La poussière de l'aspirateur (et le sac ! sauf si de la moquette est présente), les cheveux coupés (également les poils d'animaux) et les rognures d'ongles
  • Le carton (boîte à œufs, carton de pizza, rouleau de papier toilette vide) et le papier journal, coupé en petits morceaux. 
  • Les coquilles d'œufs (cela équilibre le pH). Les vers ont un jabot comme les poules et ont besoin de particules dures pour grignoter les déchets organiques.

Les plantes aussi ont besoin du calcium contenu dans la coquille de l'œuf. Plus la nourriture est variée, plus votre compost sera de meilleure qualité. Par extension, une nourriture variée vous sera tout également bénéfique ! Il y a tout de même quelques interdits comme :

  • l’ail et la rhubarbe qui sont vermifuges
  • les peaux d’agrumes sont irritantes. Une clémentine ne pose pas de problème mais à la belle saison, elle est rarement toute seule.
  • La peau de pomme de terre crue réputée toxique
  • Les déchets ligneux tige de raisin, tomate, peau d’avocat, etc…. Ils ne sont pas toxiques mais les vers les laissent tels quels et cela complique la récolte et l’exploitation du lombricompost.
  • Huiles et matières grasses
  • viande et poisson. C’est plus pour des questions d’odeur.

Sachez également que vous produirez du lombricompost beaucoup plus rapidement si les déchets sont coupés en petits morceaux, car ils seront alors plus faciles à manger pour les vers.

Utilisations

Le lombricompost

Une fois récolté, cet or noir peut être utilisé directement au jardin ou dans vos bacs. Il doit être mûr, c'est-à-dire que les déchets doivent être complètement dégradés.  Il améliore la structure du sol et augmente sa capacité de rétention d’eau. Il apporte une activité microbienne bénéfique aux plantes et leur fournit des éléments nutritifs essentiels pour une durée assez longue. Les plantes qui reçoivent du lombricompost sont plus productives et plus résistantes aux parasites et aux maladies. Elle rend caduque l’utilisation d’engrais chimique Si la récolte ne peut attendre et que vous ne l’utilisez pas de suite, il faut le stocker dans un sac, au frais pour une période de 6 mois maximum. Lors des rempotages et plantations divers, on utilise un mélange lombricompost/terreau avec un rapport de 1 pour 5 (une portion de lombricompost avec 4 portions de terreau).

Le thé de lombricompost

Certains lombricomposteurs possèdent un étage spécial pour l’évacuation des ‘jus’, ou plutôt le surplus d’humidité appelé lixiviat.  Source wikipedia : Le lixiviat est le liquide résiduel qui provient de la percolation de l'eau à travers un matériau. Ici le liquide provient de la décomposition des aliments. Grâce à un robinet externe on peut récupérer ce liquide et l’utiliser directement, à raison d’une dilution à 10%, comme engrais liquide en arrosage régulier ou vaporisation. Le lixiviat présente l’avantage d’être très apprécié des plantes d’intérieur et il est produit dès les premières semaines d’utilisation du lombricomposteur sans avoir à attendre la première récolte.

Laisser une réponse

Tous les champs sont obligatoires

nom :
E-mail : (Non publié)
Commentaire :
Saisir le code captcha